ALASKA 2

ETAPE PRECEDENTE

ALASKA 1


ETAPE SUIVANTE

Alaska n° 3




 


Du  16  au  23  Juillet 2012
Ponpon fait une halte dans le camping de Russian River. Cette rivière aux eaux claires est très fréquentée par les saumons, les pêcheurs et aussi par les ours. C'est pour eux que nous sommes là.
Sans perdre de temps, nous allons reconnaître les lieux. Une passerelle en bois longe la rivière, quelques pêcheurs se sont installés carrément  dans la rivière.
Les personnes croisées sur la passerelle sont toutes armées, soit d' une matraque défensive ou  d'un pistolet.
Nous ne sommes vraiment pas rassurés d'autant que des excréments d'ours, tout fumants, jonchent la passerelle.
Cet endroit n'est pas du tout sécurisé et nous ne chercherons pas à rencontrer des ours mais plutôt à les éviter!! 
La nuit dans ce camping a été très calme et même si un ours était venu  "frapper" à la porte, nous ne l'aurions pas entendu.

En route pour Homer qui se trouve à l'extrémité de la Péninsule de Kanai.

Au passage, nous ne pouvons pas résister à ces paysages et nous restons une journée au bord de l'eau.


Homer est installée sur une langue de terre de 7 Km de longueur.
La ville est née suite à l'extraction du charbon. Aujourd'hui, bien qu'il reste 400.000 tonnes de minerai  à extraire, l'activité minière a été abandonnée.
Il reste la pêche et Homer s'est reconvertie dans le tourisme.

Arrivée à Homer : au petit matin, la brume s'échappe de l'eau et nous brosse un magnifique tableau.

 
Homer, c'est avant tout un joli port de pêche. On y pêche sans modération: des particuliers avec leur bateau aux agences de tourismes qui proposent la pêche en mer aux touristes, l'activité du port bât son plein.

Comme partout sur la presqu'île , la pêche est une véritable obsession.
Sur les panneaux  on peut lire" Halibut fishing Capital of the World" Homer capitale du monde de l'halibut.


Des magasins de souvenirs bien pittoresques sont installés tout au long de la jetée .

Il y en a pour tous les goûts. 

Pause café en compagnie de Véronique qui voyage seule avec son chien et son camion Scania.
Nous avons bien apprécié cette charmante ville, visitée avec un beau soleil.  

Au retour, nous ne manquons pas d'immortaliser le même  paysage qu'à l'aller mais sans la brume du matin.

Plusieurs glaciers se regroupent dans la Portage Valley, située entre Homer et Séward.


Certains se laissent découvrir de la route, d'autres comme le glacier Portage n'est plus visible à cause  d'un trop rapide recul
( 30 cm par jour).

Le temps qui nous joue encore des caprices a entouré les montagnes de brume et une pluie bien tenace nous obligera à faire demi-tour, inutile de visiter le village de Whittier dans ces conditions.


En lot de consolation, nous ferons une halte au centre d'interprétation ou des bisons laineux, des wapitis,

des lynx se laissent photographier bien volontiers.                      Quant à lui, il n'est pas dans le parc et se régale de pissenlits au                                                                                                   bord de la route.
Du 24 au 28 Juillet
Anchorage
C'est la métropole de l'Alaska, la capitale économique et culturelle.
280.000 habitants y résident, soit 40%  de la population totale Alaskaine.
La ville est très grande et tentaculaire, elle s'étale sur 5000 km2.

Construite en cadras comme toutes les villes Américaines, elle a néanmoins un micro centre avec un centre information tout à fait charmant.

Nous visitons la ville un jour de marché, il y a foule dans ce marché, les gens se pressent devant les étals des artisans,
au son des animations de musique country. 

Une vue d'Anchorage : des bâtiments modernes côtoient d'autres plus originaux.

L'emblême de la ville est le miosotis, il agrémente les rues, il y en a de partout. Quant aux ours ils sont eux aussi bien présents,

et de toutes les tailles, ce qui fait le bonheur de Jacques.

Un peu d'histoire!
Anchorage est née en 1914. Contrairement à la plupart des villes, elle n'est pas née de la ruée vers l'or ni de la pêche.
Elle a été choisie pour entreposer les matériaux  nécessaires à la construction des chemins de fer de tout l'Alaska.


Puis, en 1930, le premier terrain d'aviation a été construit et en 1951 l'aéroport internationnal qui accueillait des avions commerciaux et des avions cargos remplis de pétrole.
Son  port est aussi très important et reçoit toutes les denrées qui entrent en Alaska.
D'autre part, Anchorage a la présence de l'armée. En effet, en raison de la proximité de la Russie, elle est devenue un point stratégique avec 8500 militaires qui vivent avec leur famille.
  


C'est une ville en pleine nature, bien aérée par de nombreux parcs et de plans d'eau.
250 orignaux y vivent en liberté en permanence. Ce nombre peut monter à 1000 en hiver.
Des ours noirs et des grizzlis vivent aussi dans les parcs, cependant  leur
déplacement reste contrôlé par les rangers.
Attention aux orignaux!  Un habitant nous relatait un accident survenu cet hiver au campus universitaire ou une maman orignal  a foncé sur un étudiant et l'a piétiné.
Alors attention aux mooses comme on les appelle ici.


Il est temps d'accueillir Alice et Jacques qui arrivent de France, non pas avec ce charmant hydravion mais un bon gros boeing
et plus de 30 heures entre vol et escales.
Parmi  leurs bagages, une cassette pour ponpon qui aura bien intrigué les douaniers.

Ponpon est très heureux d'accueillir Alice et Jacques d'autant qu'ils ont aussi amené le soleil de la Provence dans leur bagages.
Après un petit repos bien apprécié, ponpon se met en route pour un tour de la ville. Le musée des Premières Nations attire notre curiosité. Ce musée a été crée par les 11 Nations qui furent les premièrs habitants de l'Etat.
Il est 16 h à notre arrivée et déjà trop tard pour le visiter.

Par contre, on peut assister aux différentes danses et chants qui perpétuent leur culture.
 

                                         
                                         La joyeuse équipe se met en route.

Nous faisons en sens inverse la route d'Anchorage à Haines Jonction en repassant par la Glenn Hyw. Le moral des troupes est au beau fixe et ponpon joue le grand jeu pour ses invités. Manger dehors sous le parasol, cela ne lui était pas encore arrivé !
Madame orignal  est bien intriguée mais se laisse volontiers photographier pendant son bain.

Ponpon ne manquera pas de s'arrêter au bord du lac Kluane comme à l'aller puis c'est à nouveau la découverte de paysages nouveaux à partir de Haines Jonction jusqu'à Haines.

Nous traversons une zone montagneuse,

la végétation devient rare et un petit vent souffle sur les cimes enneigées.

La faune est bien présente partout au bord des routes. (photos prises par Alice).

Les 29 et 30 Juillet 2012 : Haines
Haines est située sur les berges du Lynn Canal, c'est le fjord le plus long et le plus profond du monde.
La Nation Tlingit appelait Haines :" la fin du chemin".
La route s'arrête là.
La ville de skagway ( décrite sur Alaska 1 ) fait face à Haines, on y accède par bateau en 1 heure seulement et par la route en plusieurs jours!
Haines n'est pas née de la ruée vers l'or, contrairement aux autre villes, mais par la venue de missionnaires de l'Eglise presbytérienne qui y sont débarqués en 1881.


Contrairement à Skagway, Haines est moins touristique et plus calme.
Il faut dire que Skagway est une rivale qui a plus de chance, d'une part la construction du chemin de fer (le White Pass%Yukon Route Railroad )  lui a permis de se développer, un peu au détriment de Haines. Et, nouveau coup de bâton pour Haines,  les paquebots de croisière préfèrent Skagway et ne se rendent pas  à Haines.
Chaque année, en automne, Haines voit la plus grande concentration d'aigles à tête blanche , l'oiseau emblême des Etats-Unis.
Ces oiseaux de proie, friands de saumons, se rassemblent autour de la rivière Chilkat pour capturer les derniers saumons qui rmontent. La rivière Chilkat a l'avantage de ne pas geler malgré les froids intenses de l'hiver.
Le lit de la rivière est constitué de sédiments en forme d'éventail qui ont été déposés par les glaciers il y a 50 Millions d'années.
Grâce à la friction sur ces roches, l'eau se réchauffe et empêche le gel.

Devant le musée du marteau, 2 Jacques sur un banc !

Qui dit saumons, dit pêcheurs et  dit aussi ours!

Notre premier Grizzli traverse nonchalamment la route, à deux pas de ponpon, pour aller manger son casse-croute dans la rivière.


Il n'a que quelques mois pour faire ses réserves pour l'hiver.
L'excitation des troupes est à son comble! on passera des heures à regarder nos premiers ours pêcheurs.

Il est temps d'embarquer sur le ferry pour le Passage Intérieur.   
Mais qu'est le Passage intérieur ?


Le Passage Intérieur est formé de fjords impressionnants, il s'étire sur 860 km et serpente dans les îles en côtoyant des dizaines de glaciers qui couvrent plus de 40.000 km2. Il va sans dire que le climat dans la région est souvent nuageux et pluvieux.
Nous traversons de nuit pour nous rendre à Juneau, aussi la pluie ne nous dérangera pas. 
Les 1 et 2 Août : Juneau
Juneau est la capitale administrative de l'Alaska.
Elle est née de la ruée vers l'or et doit son nom à un prospecteur qui découvrit un filon en 1880.

Juneau accueille le voyageur avec un champ de fleurs.

Outre l'industrie orifaire, la ville tire ses revenus de la pêche, de la forêt et du tourisme.

Des milliers de visiteurs débarquent des paquebots de croisière qui accostent directement au coeur de la ville.

Alors, bien sur, Juneau joue le jeu du tout tourisme.

Les boutiques qui longent l'avenue de Main Street proposent aux voyageurs toutes sortes de souvenirs.

On ne peut pas passer sans faire une halte au Red Dog Saloon !

Rue Main Street à Juneau

A quelques kilomètres de Juneau, on peut admirer le majestueux glacier Mendenhall.

Une bonne équipe !                                                     Les eaux de cette tumulteuse cascade alimentent le lac au pied du glacier.

Ponpon nous attend sagement à côté de la rivière, une rivière aux eaux limpides.

Nous avons la surprise de voir remonter de beaux et gros saumons rouges. Ce sont des Sokeyes , ils sont drôles avec leur " nez pointu" . Ce sont nos premiers saumons aussi nous passons un bon moment à les regarder évoluer, faire des bonds pour franchir les obstacles, se laisser dériver au fil de l'eau pour reprendre des forces.




                                                                                                                             suite de l'Alaska n°3






























































































.