bulgarie 
Du 18 Mai 2008 au 21 Mai 2008   431 Kms parcourus
ETAPE PRECEDENTE
turquie
bulgarie

La Bulgarie
Superficie: 110.993 Km2 ( un cinquième de la France)
1.300.000 habitants
ETAPE SUIVANTE
roumanie

CARNET

ACCUEIL
Samedi 17 Mai 2008

   
Passage de la frontière:                                           état des routes                                                       pas de garde barrière.

A la sortie d'Edirne (Turquie) dans la direction de Kapitan (Bulgarie) les camions sont arrêtés au bord de la route et font la queue pour passer
la  frontière Bulgare. 10 Kms de queue!!!.
Heureusement les autres véhicules passent ,nous ne faisons pas la queue et filons sans problème.
Arrivés à la frontière, une vingtaine de voitures nous précèdent ainsi que de nombreux cars, les camions quant à eux passent à un autre poste de contrôle.
Il faudra 45 minutes pour sortir de Turquie en passant 4 postes de contrôle.
L' entrée en Bulgarie nous demandera 2h. pour passer les 5  postes de douane.
Les douaniers gèrent le passage des cars, un car tous les 10 véhicules; tout est réglo.
Au deuxième poste de contrôle on nous remet une clef  USB ce qui évitera de présenter les passeports chaque fois.
Nous prenons soin de faire remarquer que nous avons une moto mais cela ne les intéresse pas.
Ponpon passe sur des jets d'eau, nous avons entendu parler d'une taxe de désinfection mais apparemment ce n'est pas cela.
On s'acquitte d'une vignette de 12€ qui donne le droit d'emprunter les routes.
Aucun problème de passage si ce n'est le manque de postes de contrôle en service et les nuées de moustiques qui nous attaquent férocement.
Nous voila en Bulgarie.
Nous changeons des Euros contre des levas  1€= 1.9 levas, il suffira de diviser par deux.
Arrêt dans une station service pour faire le plein 1litre de gas oil = 2.49 levas (environ 1€25)
Là  on nous demande de payer avant  de servir le carburant!
Il se fait tard, nous nous arrêtons au bord de la route devant un café/ Market ou nous faisons  connaissance avec le propriétaire des lieux.
Nous lui proposons un verre de Raki qu'il refuse aprés l'avoir senti puis il arrive avec une bouteille en plastique d'eau minérale et nous verse une
bonne rasade d'une eau de vie à 90 degrés!

Dimanche 18 Mai 2008
Départ tôt en direction de Russé.
Il faut s'habituer à l'écriture en cyrillique ce qui ne posera pas de problème particulier si ce n'est un peu plus de temps pour déchiffrer
les panneaux.
La route est trés mauvaise avec des nids de poule à profusion.
Nous traversons des villages trés pauvres. 
Il est courant de croiser les paysans avec la charrette tirée par l'âne qui vont travailler leur lopin de terre à la bêche.
  .  
La charrette tirée par le mulet ou l'âne sert aussi de moyen de locomotion à la famille.

Les terres cultivables ne manquent pas mais elles sont incultes pour la plupart.
La Bulgarie ne produit même pas assez pour ses propres besoins!!
Nous ne voyons pas cette effervescence au travail rencontrée dans d'autres pays comme la Turquie et notamment au Monténégro
ou les gens travaillaient même la nuit.
Quelquefois on aperçoit  un troupeau de vaches ou de moutons, mais cela reste trés rare.
Les villes traversées avec leurs  HLM de l'époque soviétique sont d'une tristesse à pleurer.

Direction la Vallée des roses et arrêt à Kazanlak pour visiter le tombeau Thrace et le musée.
Nous nous arrêtons devant  un hôtel coquet avec une petite fontaine.
Aprés avoir demandé s'il était possible de prendre un bidon de 5l d'eau, la réponse à été catégorique "nié" .
La transition avec la Turquie est vraiment trés dure!!!

Infos aux futurs camping -cariste:
On trouve des fontaines au bord des routes.

Nous rencontrons une jeune Bulgare qui a vécu 5 ans en France séparée de son enfant pour gagner de l'argent afin d'ouvrir un commerce
de vêtements en bulgarie.
Elle nous fait part des difficultés de la vie, du manque d'argent.
Içi le salaire moyen s'élève à 150€/mois.
En traversant cette ville nous sommes étonnés de l'indifférence des gens.
C'est à se demander s'ils réagiraient en voyant un véhicule rouler en sens inverse sur l'autoroute!!
Les visages sont fermés, les commerçants ne voient que votre porte monnaie et ne sont pas aimables du tout.
Nous nous arrêtons par hasard devant un hôtel  restaurant/camping à la sortie de Kazanlak en direction de Gabrovo.
Les sanitaires sont pratiquement inexistants mais il y a de l'eau et de l'électricité et surtout le cadre est agréable, nous y resterons 2 nuits
afin de pouvoir travailler au site internet et  faire la lessive.

Lundi 19 Mai - Mardi 20 Mai 2008
Le restaurant du camping avec ses tables dans la cour ombragée est agréable. Au menu : brochettes et un trés copieux dessert.
( 23 Levas -11€50- en tout)
En donnant un coup d'oeil à l'addition  nous nous apercevons que les prix indiqués sur le menu ne correspondent pas à ceux de la note
et la monnaie rendue n'est pas correcte, nous le faisons remarquer.
Le restaurant est fréquenté par des couples assez aisés.
Les jeunes femmes rencontrées en Bulgarie sont sveltes, belles et bien coquettes.

Aujourd'hui, visite du tombeau Thrace dans la ville. 
A notre demande sur la possibilité de faire une photo de l'intérieur (qui n'est qu'une réplique du vrai),
la réponse est "5 Levas" avec un air de garde chiourne!!

Vous aurez tout de même une photo et pour zéro Leva!!
   
Intérieur du tombeau Thrace de la fin du IV ° siècle av. J.C.

Il est commun de voir des échoppes qui vendent des souvenirs devant les différents sites touristiques.
Nous prenons un petit parfum à la rose ( la Bulgarie est le premier exportateur d'essence de roses),
la monnaie rendue est inexacte, alors là il y en a une qui s'est mise carrément en colère!
la monnaie a été restituée sur le champ.
Au défaut d'amabilité nous pouvons rajouter à la palme de la Bulgarie la malhonnêteté.

Certains qu'il ne faut jamais généraliser nous décidons de sortir des sentiers battus et d'aller à la rencontre des villages reculés
dans l'espoir de trouver d'autres contacts.
Pauvre ponpon, le voila sur des petites routes ou il a un mal fou  à se frayer un passage au milieu d'une végétation luxuriante.
Il doit se faire tout petit pour passer sous les branches et  l'exiguïté des routes ne permet pas de  se croiser avec un vélo seulement.
Le conducteur n'est pas ravi.
Aprés un bon détour, la récompense est au bout de la route: Bojentsi.
Un village musée blotti dans la forêt.
C'est le dernier village car la route s'arrête là.
Il est 18 h, nous demandons à parler à Svetla ( nom indiqué par le guide du Routard).

Svetla parle trés bien le français parmi d'autres langues, elle est ingénieur mais ne trouvant pas du travail en Bulgarie,
elle a décidé de vivre dans ce petit village en confectionnant des tapis.
Elle a oeuvré  pour préserver ce village authentique et le faire connaître.
Pendant 2 heures Svetla nous fait visiter ce charmant village, nous discutons beaucoup sur la vie en Bulgarie et les Bulgares.
Merci Svetla de nous avoir montré un autre visage de votre pays.
Merci pour votre sourire, ce sera hélas le seul.
   
 Les maisons traditionnelles en bois                          avec la vigne qui pousse généreusement                     et à l'intérieur le plafond est en bois et sculpté

Mercredi 21 Mai 2008
Aprés un bivouac à l'entrée du village sur le parking nous nous réveillons avec le chant des oiseaux.
Un arrêt à Schipka pour visiter l'église russe bâtie en 1902 en hommage aux Russes qui se sont battus contre les Turcs pour
libérer la Bulgarie du joug Ottoman.

Il paraît que les douilles récupérées des cartouches tirées lors des batailles ont servi à couler 17 cloches dont la plus grande pèse
12 tonnes! ( informations du Routard)



Direction Véliko Tarnovo que nous arpentons dans tous les sens ainsi que la colline du Tsarevets.


Piton rocheux entouré de remparts 13° siècle avant notre ère.

Il est à noter que le restaurant était correct sans différence de prix.
Direction Russé, la frontière avec la Roumanie.
Nous écoulons nos derniers Liras dans une station service qui se trompe bien sûr en rendant la monnaie,
c'est devenu hélas monnaie courante dans ce pays!


Infos aux futurs camping- caristes:
La route Harmanli/Nova Zagora est trés mauvaise.

Conclusion
La Bulgarie a du mal à sortie du joug communiste, elle a beaucoup de chemin à parcourir.
L'expression triste et indifférente des gens reflète certainement les rigueurs de la vie.
Tous les moyens sont bons pour s'en sortir ou gagner de l'argent facilement.
Le tourisme est un moyen de développement du pays mais là aussi la route sera longue.....
A ce moment là, peut être alors y repasserons nous!! 




le voyage continue avec la Roumanie