Nous revoili, nous revoilou et c'est reparti !
ETAPE PRECEDENTE

Salta

ETAPE SUIVANTE

La québrada de Humahuaca








C'est reparti pour un tour .........
Un tour que nous allons effectué dans le sens des aiguilles d'une montre.
Ce n'est pas ce qui était prévu mais c'est le moyen pour rejoindre  Xavier, Marie et les enfants qui sont bloqués à Salta.
A la suite de problèmes mécaniques et de l'intervention d'un garagiste incompétent en Bolivie, leur camping-car
s'est retrouvé immobilisé.
Ils ont dû faire rapatrier leur véhicule jusqu'à Salta, la ville d'Argentine la plus proche, située tout de même à plus de 1000 Km.
Un peu de réconfort sera le bienvenu et nous sommes heureux de les retrouver un peu plus tôt que ce qui était prévu!

Notre "tour", partira donc de Salta que nous avons laissé il y a 3 mois.
Nous irons à la découverte des paysages sublimes du nord Argentin.
La traversée des Andes au col du Paso de Jama à 4400 mètres, nous plongera dans le silence du désert le l'Atacama au Chili.
Après le nord du Chili, nous irons à la rencontre des vestiges Incas du Pérou et de l'Equateur.
Un dépaysement total au sein d'une population indienne qui perpétue les traditions ancestrales du culte de la Pachamama.
Tous les rêves sont possibles: un "crochet "par les îles Gualapagos qui ne sont pas bien loin,
une immersion dans la forêt Amazonienne.....
Après les hauts plateaux Boliviens, le lac Titicaca, notre route serpentera le long de la québrada de  Humahuaca jusqu'à Salta,
pour finir en apothéose aux fameuses chutes d'Iguaçu.
Le Brésil nous accueillera avec ses animaux par milliers dans le Pantanal et déjà les doux paysages de l'Uruguay annoncent l'arrivée
prochaine à Buenos Aires en Argentine.
Ponpon aura alors  parcouru près de 20.000 Km pour ce deuxième tour et 40.000 Km en tout,  la boucle est bouclée!!

Bahia des Los Lobos et Buenos Aires (
du 5 Mai au 10 Mai 2010)
Nous sommes heureux de retrouver ponpon qui nous attend à Los Lobos.
Lui aussi est tout heureux et il ne se fait pas prier pour démarrer au quart de petit poil!
On lui consacrera trois jours rien que pour lui, astiqué,  lavé, révisé, le voila en pleine forme!
Allez ponpon, 1500 Km de Buenos Aires à Salta, ce n'est pas ce qui va te faire peur!

De Buenos Aires à Salta (du 11 au  13 Mai)   
Nous vous ferons grâce de la route qui est identique à celle parcourue il y a trois mois.
A part une invasion de criquets et l'achat d'un "cabrito" entier qui nous ont distrait,  le temps passé à rouler a été l'occasion pour
réviser l'espagnol.
L'entrée de Rosario par le côté sud nous dévoile la misère, toujours omniprésente à la périphérie des villes.
Mais ici, elle nous révolte encore plus.
Contrairement à la Patagonie, ici, les terres sont fertiles et le climat est favorable.
Les champs qui s'étalent à perte
de vue appartiennent à de gros propriétaires terriens.
Souvent, les petites parcelles de terrain ont été rachetées aux paysans pour la culture intensive du
soja transgénique.
Ces mêmes paysans viennent aujourd'hui grossir les bidonvilles de la périphérie des villes!

 Salta (du 14 au 17 Mai)
Au camping municipal, nous retrouvons Marie, Xavier et les enfants qui sautent de joie en nous voyant.
Leur camping-car est réparé.
Alors, que la fête commence!!
Elle durera 4 jours, la fête!
Le camping a bien changé en 3 mois: lors de notre départ il y avait des milliers de personnes, maintenant on compte
seulement  une dizaine de camping-cars.....tous français!!
Beaucoup de camping-cars sont en détresse.
Entre fuites d'eau, d'huile et faisceau électrique défectueux, chacun a ses misères.
Jacques a bien peur d'être obligé d'enfiler son bleu de travail!!

Quatre jours bien chaleureux passés avec nos amis, à flâner dans Salta.
Salta qui fête le bicentenaire de la révolution de 1810 et à cette occasion, la place 9 de Julio est investie par les groupes
de danses folkloriques.

Très sérieux dans leur costume!
 
le tango                                                                      danses folkloriques


Salta, c'est aussi un riche patrimoine culturel et nous n'avons pas manqué de visiter le Musée Archéologique
de Alta Montana (MAAM).
Ce musée retrace l'expédition de savants Andinistes en mars 1999, expédition au cours de laquelle trois momies d'enfants
ont été exhumées au sommet du volcan Llullaillaco à 6739 mètres d'altitude.
On découvre avec intérêt et surprise une partie de la culture des Incas.
Pour diverses raisons, rapprochement des différentes ethnies et croyances en dieu, on sacrifiait des enfants, choisis parmi les plus
beaux et les plus intelligents.
Retirés assez tôt de leur famille, ils étaient élevés en vu du rituel.
Le jour venu, ils devaient parcourir plusieurs centaines de kilomètres à pied, à grand renfort de coca, pour accéder
au sommet du volcan.
Conservées à basse température, les momies ont survécu au temps.
Deux fillettes, une de 6 ans et une de 15 ans ainsi qu'un garçon de 6 ans ont été retrouvés, accroupis, la tête sur les genoux.
Leurs petites sandales à lanières et leurs jouets
, des petites poupées en or, habillées, les accompagnaient.
Une visite qui ne laisse pas indifférent!!

De Salta à Cachi  (du 18 au 20 Mai 2010)
Après nos adieux attristés à Marie, Xavier et les enfants, nous partons de Salta avec le brouillard.
Ouf, par chance, il se dissipe à l'entrée de la québrada Infernillo.
Il nous dévoile  une végétation luxuriante.
La route se transforme alors en une piste bien praticable.
L'eau ruisselle de la montagne et passe sur les gués que ponpon franchit allègrement.
Comme il franchit aussi les ponts en bois qui traversent les rios.
La route grimpe peu à peu, elle devient étroite et sinueuse.
Les abords ne sont pas toujours protégés et  par endroits, des morceaux de route sont tombés dans le ravin abrupt.
Le rio qui serpente tout en bas est le rio de la québrada Escope qui a donné son nom à la québraba.
Les montagnes arborent avec fierté des couleurs de rouge et de sulfate de cuivre pour notre plus grand plaisir.
Des herbes folles de couleur or viennent compléter le tableau.
 
la québrada Escope                                                                   du sulfate de cuivre

cactus et roche rouge                                                                sulfate de cuivre

du rose                                                                                     et du vert

Puis, la végétation se raréfie et les monts pelés de la Cuesta del Obispo apparaissent .
Les montagnes sont recouvertes d'herbe rase.
Elles ressemblent à du velours vert et on a envie de les caresser.
Ces montagnes sont agrémentées de crevasses formées de roche couleur vert de gris foncé.
Le
"tableau" est sobre et exceptionnellement beau.
Nous, on serait restés des heures à le contempler.

les monts pelés de la Cuesta del Obispo                                           La montagne de velours

Bientôt se dessine le sommet du col " Piédra del Molino" à 3348 mètres d'altitude avec sa petite chapelle.
La route descend alors vers Cachi , et surprise............on arrive sur un immense plateau, un champ de cactus.
Il y en a de toutes les tailles, des petits tout droit de couleur miel, des grands et des immenses cactus candélabres.
Entre temps, la piste s'est transformée en  une route toute rectiligne de 14 km que l'on appelle la "Recta Tin Tin".
On a bien aimé ce nom.
Plus loin, le rio Calchaqui serpente dans la vallée, la région se peuple de petites maisons faites de paille et de terre séchée,
avec un toit de chaume et de terre séchées.
De petits jardinets étalent leur culture de piments qui sèchent au soleil.
Bientôt se dessine au loin, les blanches habitations du village de Cachi.


La route Recta Tin Tin                                                              Les piments qui sèchent au soleil

Cachi  8000 habitants
Un village perché à 2200 mètres d'altitude, construit au pied du Nevado de Cachi qui culmine à plus de 6000 mètres.
Cachi surprend par son style colonial avec ses bâtiments éclatants de blancheur.
Le village a gardé son authenticité, on y trouve de petites boutiques de 3 m2 à peine, une place ombragée, une église de style
colonial et un musée bien intéressant..
Il n'y a qu'à se promener dans Cachi pour ressentir la quiétude du lieu.
Pourtant Cachi est jeune, beaucoup d'enfants et d'ados, vêtus de leur blouse scolaire blanche se promènent cartable au dos
jusqu'à la nuit.
Nous sommes sur un territoire ou les indiens, descendants des  civilisations précolombiennes, ont pu survivre aux
conquérants espagnols.
Les lieux reculés des vallées calchaquies et des hauts plateaux de la québrada d'Humahuaca les ont protégés des envahisseurs.
Ils ne se sont pas métissés ou très peu et parlent encore la langue de leurs ancêtres: le Quétchua .
Les traditions perdurent et ils implorent toujours la Pachamama (terre mère) pour avoir des récoltes et protéger leur bétail.
A Cachi, nous sommes restés deux jours et on s'est ressourcer au calme apaisant qui se dégage du lieu et de ses habitants
discrets et souriants. 
Un petit resto ou l'on a dégusté de délicieux empanadas et un quéso des cabra au miel ( fromage de chèvre) accompagnés d'une
Cervessa  pour 7€ en tout clôturera notre séjour.

L'église de Cachi                                                                      à l'intérieur

La place centrale de Cachi                                                         C'est la sortie de l'école.

On papote


Cachi, c'est fini.
Nous refaisons la route dans le sens inverse jusqu'à Salta, cette fois du côté ravin!

Nous vous emmenons vers d'autres contrées......................... La Québrada de Humahuaca


Infos aux camping-caristes et aux futurs camping-caristes: 

Laisser son camping-car
Nous avons laissé notre camping-car pendant 3 mois au camping Bahia de los Lobos ruta 205  Km 111.
 S 35°17.399 W 059° 08.221, c'est 100 Km au sud de Buenos Aires.
Le prix du gardiennage est de 350 pésos par mois (selon la saison, il peut y avoir de l'humidité, cela nous a occasionné des problèmes électriques)
Le propriétaire du camping peut amener ses clients à l'aéroport pour la somme de 230 pésos.
Le prix du camping est 36 pésos pour le véhicule et 2 personnes, toute journée commencée est dûe.

Assurance:
Renouvellement de l'assurance pour 6 mois à Sancor Seguros society group SRL Pje Del Carmen 750 
(cuadra Carmen/Cordoba , après la rue Parana) 7 ieme étage  Buenos Aires
ouvert de 10 h à 16 h du lundi au vendredi
chbartolo@sosietygroup.com.ar
L'assurance couvre tous les pays limitrophes, le prix est de 1160 pésos pour 6 mois.

Rapatriement du camping-car seul:
N
ous avons pris contact avec Romi à Grimaldi 25 de Mayo 702
pour un retour prévu vers le 24 Septembre et nous sommes en attente du devis.

Coût de la vie:
L
'inflation est galopante, en 8 mois certains prix ont augmenté de 40% 
 (ex: le parking de Buquebus maintenant à 70 pésos!)
L'euro n'est pas stable et le taux de change est moins avantageux: 4,70 pésos au lieu de 5,90 pésos pour 1€

Toujours des petits sous:
Nous avons fait une synthèse financière sur les 5 mois passés. 

Le coût journalier est de 40€ par jour pour deux.
L'assurance du véhicule est comprise, le séjour à l'île de Pâques avec l'avion est compris.

Le trajet aller en bâteau n'est pas compris.
Nous avons fait un aller-retour en France, le coût est de 16,30€ en plus par jour (avion, gardiennage du c-c et taxi).