ETAPE PRECEDENTE

Les Rocheuses

La route des glaciers



ETAPE SUIVANTE









Du 21 Juin au  6  Juillet 2012

Après une petite pause dans la ville de Hinton pour téléphoner à la famille et faire le plein de provisions, nous prenons la route de l'Alaska.
Non sans émotion : L'Alaska est un pays qui nous est totalement inconnu, et puis, c'est un peu le bout du monde, non?
On sait  que la route est longue,  mais que nous réservera-t'elle?

Ponpon traverse des zones boisées de montagnes ou plutôt de montagnettes, il est salué au passage par des jolies biches farouches
à la queue blanche. Il y en a une qui nous fait une frayeur en traversant  juste devant lui.
Aujourd'hui, Ponpon ne roulera pas beaucoup, il fera une halte dans la petite ville de Grande Prairie pour le bivouac du soir.
Il y a un peu de mouvement sur la place de ce gros village, le café est juste à côté du parking, quelques voitures s'arrêtent, les gens se retrouvent au café, boivent un coup et repartent.
Nous avons encore du mal à lâcher nos repères Européens. Içi, les villes et villages sont en ligne continue, des maisons et magasins bordent la route, il n'y a pas de centre comme "chez nous", pas de lieu de rencontre, tout cela manque d'âme.
Les gens se déplacent en grosse voiture 4/4 automatique, à essence. Ils viennent faire leur commissions dans les grands centres (Walmart, Safeway..), au passage ils s'arrêtent chez MacDo pour prendre un Hamburger.


Ponpon poursuit sa route jusqu'à Dawson Creek, içi commence le Mile zéro. A partir de là, des panneaux indiqueront les Miles parcourus.
Dawson Creek marque aussi le changement de Province. En effet, en sortant du parc des Rocheuses, nous sommes entrés dans la Province de la Colombie Britanique, nous allons longer cette province sur sa partie nord- ouest et y revenir par la suite beaucoup
plus longuement à partir de Prince Rupert, nous la décrirons à ce moment là.
 
On fait de belles rencontres.                                                    les chèvres de montagne viennent lécher le sel au bord des routes.

Du 22 au 24 Juin: Fort St John.
Nous ferons une petite halte à Fort St John, Jacques en profitera pour prendre un permis de pêche et taquiner la truite dans le lac Charlie. Le camping au bord du lac Charlie semble être le lieu de rendez-vous des citadins qui viennent passer le week-end.
Les pêcheurs proposent à Jacques des cuissardes et même un tour de bâteau pour aller plus au large.
Une journée bien sympathique même si les truites ne se sont pas montrées.


Un stop à la pompe à essence. Lorsqu'il y en a une, il ne faut pas la louper!

Dimanche 24 Juin : Fort St John à Fort Nelson (250 Km)
La route sinue à travers la forêt dense d'épinettes. Les villages se raréfient , et lorsqu'il y a un village, il se  résume à un poste à essence et un motel, mais pas toujours. Nous commençons à faire attention pour le carburant.
Une dame, bien sympathique au point infos, nous avait conseillé un endroit ou on peut goûter de bons Cinnomons tout chauds.
Bien sur, on est très heureux goûter enfin une spécialité du Canada !
 
Les 25 et 26 Juin: Fort Nelson à Watson Lake (582 Km)
Fort Nelson est une ville industrielle, on y trouve des industries de pétrole et de gaz.
Elle s'étire en longueur, traversée par une route à 4 voies.
Nous avons vraiment l'impression de nous trouver au bout du monde.
Le téléphone portable a cessé de fonctionner, la famille ne peut plus nous joindre, il reste internet heureusement.
L'heure vient de diminuer ce qui fait un écart de 9 heures avec la France.
Les jours sont de plus en plus longs au fur et à mesure que l'on monte.
Quant aux prix alimentaires et du carburant, ils prennent la même ascension !

Au départ de Fort Nelson, un grand panneau lumineux indique qu'un troupeau de bisons se trouve sur la chaussée près de Muncho Lake.
Dès les premiers pas, Ponpon croise un ours en train de se régaler de pissenlits,  on l'observe un bon moment, il est repu et s'assoit tout en continuant à brouter.
 
Le bord des routes est tapissé de fleurs, on trouve des pissenlits, de la luzerne, des lupins bleus.

 
Le magnifique lac Muncho nous accompagne pour notre plus grand plaisir.
 
Sa couleur serait dûe à l'oxyde de cuivre dissous dans l'eau.

Les sommets qui s'y reflètent dépassent les 2000 mètres d'altitude.

Alors que l'on commençait à se dire que les bisons étaient rentrés dans les bois fourrés, un bison solitaire, au bord de la route semble vouloir foncer sur le ponpon!
 
A l'attaque !!                                                                           Bof................. 

 Pour clôturer cette journée, riche en rencontres, nous faisons une halte à Liard Hotspring, célèbre pour ses thermes.

Une passerelle en bois traverse des marais ou la végétation abonde.       Au bout, le plaisir d'un bon bain très chaud délassant.

Le lendemain matin, Jacques est impatient de reprendre la route. Il faut dire que la Highway de l'Alaska est un véritable Zoo naturel. 
 
Le bord des routes est bien entretenu, l'herbe est tondue, et cela, sur des centaines de kilomètres !!
Aurons-nous l'occasion de faire des rencontres?


Jacques ne sera pas déçu, des troupeaux de bisons se sont installés tout au long de la route.
Ils ont l'air bien pacifiques, ils nous regardent et reprennent leur somme. Bien sur, nous les avons tous photographiés!!

A Watson Lake, nous entrons dans une nouvelle province du Canada: le Yukon

Le Yukon est bordé à l'ouest par l'Alaska sur 1210 Km et au sud par la province de la Colombie Britanique du Canada.
Le sud ouest est dominé par les champs de glace du parc national de Kluane.
On y trouve les plus hautes montagnes du Canada.
Avec ses 482.443 Km2, c'est une des provinces la plus petite.
33.440 habitants peuplent le Yukon ce qui fait une densité de 0.06 h/Km2, ils sont loins d'être surpleuplés !
Cette province doit son nom au tumultueux fleuve Yukon .
Le fleuve Yukon est le cinquième plus long fleuve en Amérique du Nord. Il parcourt 3000 km et traverse le cercle arctique.
Alimenté par des lacs nourriciers d'eau des glaciers, il atteint son plus gros débit en fin d'été.
Enfin, la capitale du Yukon est Whitehorse.

Mais pour le moment, nous sommes à Watson Lake et cette ville a une particularité.
 
Watson Lake était un lieu ou les gens du cru (içi, on les appelle les Premières Nations) venaient pêcher en hiver sur les lacs gelés.
En 1870, les étrangers ont commencé à s'installer suite à la découverte de l'or.
Aujourd'hui, Watson Lake vit essentiellement du tourisme.
Comme toutes les villes, Watson Lake se compose de quelques magasins qui bordent la route.
Toutefois, Watson Lake a une particularité: une forêt.......... de panneaux indicateurs !!

Tout a commencé en 1942.
L'armée Américaine avait installé des poteaux indicateurs. Un soldat, Carl Lindley  avait le  mal du pays, il  réparait un panneau endommagé et il décida de rajouter un poteau en direction de sa ville natale en Illinois, en indiquant la distance entre cette ville et Watson Lake.

   
Depuis, ce poteau a fait des petits, aujourd'hui on en compte plus de 71.000 de tous les pays du monde.( non, nous n'avons pas mis le notre)

Le 27 Juin :Teslin

On arrive à Teslin par un magifique pont métallique qui traverse le lac.

Nous passerons une soirée, au bord du lac, dans ce petit village qui se résume à une pompe à essence, camping et quelques maisons, bien cachées dans la forêt .

De Watson Lake à Whitehorse il n'y a qu'un pas (438 km) et nous y voila.
 
Du 28 Juin au 3 Juillet : Whitehorse
Whitehorse, capitale du Yukon ou vivent 75% de la population du territoire.
Cette ville s'est installée sur la rive ouest du fleuve Yukon.
C'est le fleuve Yukon qui a inspiré le nom de Whitehorse ( cheval blanc).
Les remous évoquaient des crinières de chevaux blancs.
Aujourd'hui le fleuve est plus calme, une centrale hydroélectrique lui a coupé ses élans.
Elle a aussi coupé les élans de ces pauvres saumons qui venaient de se taper 3200 km à contre courant pour échouer sur un
obstacle infranchissable.Une échelle à saumons a été construite pour éviter ces suicides collectifs.

En 1942, les Américains décidèrent de construire la route de l'Alaska Highway pour faire face à une éventuelle attaque Japonaise (qui n'eut pas lieu).Whitehorse fût toute désignée pour être la capitale du Yukon et la décision fût prise en 1953, au détriment de Dawson City qui a perdu son titre de capitale du Yukon.

Whitehorse est née de la Ruée vers l'or.
Les prospecteurs qui avaient réussi à grande peine à parvenir jusqu'à Whitehorse, se trouvaient confrontés à un nouveau défit de taille: franchir les rapides du fleuve Yukon.


A Whitehorse se trouve le bâteau S.S. klondike.  construit en 1937, il a été rénové et classé site historique national.
Il fût l'un des 200 bâteaux à vapeur qui transportait des passagers, les minerais d'argent de Mayo et des marchandises.
Doté d'une chaudière de 15.000 litres, il en fallait du bois pour l'alimenter!
L'intérieur est tout en bois, tout a été conservé ou rénové avec précisions, il y a même les emballages des produits alimentaires.

La salle à manger accueillait les passagers de première classe, on y offrait un service d'apparât. ( il y en a deux qui  ne sont pas en tenue de soirée!)

Nous sommes le 2 Juillet et c'est jour de l'indépendance.


A cette occasion, nous assistons au défilé haut en couleur.
 

Alors que nous n'avons pas rencontré de camping-caristes Français depuis notre arrivée à Halifax, ils semblent s'être donnés rendez-vous à Withehorse.
Nous faisons la connaissance de Hélène et Alain, puis, Gabrielle et Roby. Ce dernier nous donne un raccord de gaz, justement celui qui nous a tant fait défaut. Arrivent ensuite Bernard et Gill que nous avions rencontré à Puerto Madryn en 2009 en Argentine.
Ponpon se fait un plaisir de recevoir tout ce monde et nous avons une vie sociale très active.
De quoi parlent les Français voyageurs ? De voyage bien entendu, on se donne nos points GPS respectifs, mais, les Français  parlent surtout bonne bouffe, ou trouver de bons produits alimentaires.

Le parking du Walmart compte plus de camping-cars qu'un camping!
Photo prise à minuit.

Le 3 Juillet
Après 5 jours passés à Whitehorse, ponpon prend la route du Klondike en direction de Skagway .
Il est heureux de se dégourdir les pattes.
Armés de nos K-ways, c'est devenue une habitude! , nous faisons une halte au lac Emerald ( le même nom que le lac Emerald au Parc Yoho, mais pas le même lac).

Ses eaux sont surprenantes, la couleur varie du vert clair au vert le plus foncé. Il est très difficile de saisir les nuances en photo.
on devine, en partie, derrière le ciel bas et nuageux, les imposantes montagnes fardées de blanc.
Peut-être se laisseront-elles surprendre au retour, puisque nous referons la route en sens inverse.

Cette route a toute une histoire, alors allons-y !
Il était une fois la ruée vers l'or....
Tout commence le 16 Août 1896 lorsque Georges Washington Carmack et ses deux beaux-frères Indiens Skookum et Tagish découvrent de l'or dans la rivière Bonanza.
La nouvelle se répandra en Juillet 1897 et voilà des milliers de personnes en route pour faire forture et fuir la misère.
Ils sont considérés comme des héros par leur famille, mais l'aventure sera rude et prendra des allures de cauchemard.
Les plus riches sont venus par les voies d'eau.
Les autres sont contraints de faire la route par le col White et le col de Chilkoot .
D'autres, plus téméraires encore viendront par la Colombie Britannique, certains passeront 2 ans sur les routes!
Après des kilomètres de sentiers à porter du poids sur le dos, après avoir braver l'extrème rigueur de l'hiver, après avoir franchi le col White ou le col de Chilkoot, ils ne sont pas au bout de leur peine. Ils arrivent à Whitehorse et il faut construire une embarcation pour continuer sur le fleuve Yucon et atteindre la ville de Dawson. Il faut braver les rapides meurtriers, les canyons. Beaucoup abandonnent, certains se suicident.   
Lorsque l'on songe que la  ruée vers l'or s'est terminée à l'été 1898!
On estime qu'à cette date, les chercheurs ont dépensé quelques 50 millions de dollars pour se rendre au Klondike, ce qui équivaut à peu près au montant d'or prélevé des gisements durant les 5 années qui ont suivi la découverte.

Ponpon roule sur la route du Klondike. Elle n'existait pas à cette époque.
Alors qu'un paysage verdoyant défile sous nos yeux, qu'elle n'est pas la surprise de rencontrer.... un désert !!

Le désert de Carcross est le plus petit désert au monde, il a une superficie de 2,6 Km2 et reçoit moins de 50 cm de pluie par an.
Le sable provient des lacs glaciaires qui se sont formés pendant la dernière époque glaciaire.
Aujourd'hui, le vent transporte le sable depuis le lac Bennett.

Le village de Carcross est construit autour du lac Bennett.

Il y a une gare à Carcross et on peut prendre le train de la compagnie White Pass% Yukon.
La voie ferrée monte à 900 mètres d'altitude en seulement 20 minutes.

Les bâtiments ont gardé leur allure d'origine, ils ont tous une histoire. Le centre d'infos se fait un plaisir de nous distribuer un dépliant avec l'histoire de ces maisons. A droite une "bakery" ou l'on mange de bons desserts avec une boisson chaude.

Le centre d'infos.                                                              

Sur la route du Klondike

Le lac Bennett bleu comme le ciel !!!

Un ours roux, on pensait à un grizzli mais ce dernier aurait une bosse sur le dos, alors c'est un ours noir.

Un lac qui donne de vertige.

Un pays qui sait surprendre, ou les nuages jouent à cache cache dans le ciel.

Sur la route du Klondike.

Le ciel à lui seul est un paysage.

Tantôt dans le brouillard, tantôt éclairée par une trouée lumineuse, notre route continue vers Skagway.

Nous sommes toujours dans le Yukon Canadien mais Skagway fait partie des USA .

Quelques kilomètres avant Skagway on passe donc la frontière de l'Alaska, frontière que l'on repassera le lendemain dans l'autre sens pour refaire la route jusqu'à Whitehorse.

A l'approche de Skagway, situé à l'extremité de la péninsule, le paysage devient désertique, les épinettes ont bien du mal à pousser sur le sol rocailleux. Il fait froid au sommet du col.

Comme toujours, l'Alaska sait nous réserver des surprises.

Une fois  le pont passé,

dans le creux d'un ravin, une mare d'eau entourée de végétaux colorés, alors que tout autour, le brouillard enveloppe les montagnes.


Ponpon continue sa route, la curiosité émoussée par ces paysages surprenants .
Pour nous suivre et partager cette découverte, on vous donne rendez-vous......................    en Alaska.