Le Parc national des Glaciers
ETAPE PRECEDENTE
Le Parc Torres Del Paine
 
                                          Des orchidées dans le Parc National des Glaciers.   
ETAPE SUIVANTE

de Sarmiento à Bariloche






 
 
350 Km  séparent  Puerto Natalès au Chili et El Calafate en Argentine, le passage de la  frontière à paso Dorotéa était  très "cool".
Ponpon n'a même pas eu de contrôle sanitaire!
Un tampon sur le passeport avec une autorisation de séjour de 8mois , un gentil sourire et passez.
Un soleil radieux nous accueille à El Calafate, la température augmente au fur et à mesure que l'on remonte vers le nord. 


El Calafate (du 18 au  20 Novembre 2009)
Une ville de 17.000 habitants située au pied de la Cordillère des Andes et au bord du magnifique Lago Argentino.
Elle doit son nom à l'arbuste à fleurs jaunes et à baies noires que l'on nomme El Calafate.
Fondée en 1927 elle s'est développée depuis 2000  grâce à l'aéroport qui favorise le tourisme.
Elle est quadrillée de maisons construites en rondins de bois ou en briques rouges ou aussi en béton.
Toutes les maisons ont une toiture en tôle ondulée colorée.
Comme toutes les villes, El Calafate a de larges avenues et une rue principale ou l'on y trouve des restaurants,
des échoppes de souvenirs et des agences de tourisme.
C'est une ville touristique ou l'on entend beaucoup parler Français et nous aurons l'occasion de rencontrer les Aveyronnais et des voisins de Cavaillon.
El Calafaté est aussi la ville la plus proche du glacier Périto Moréno et nous sommes là pour lui!

80 km séparent El Calafaté du glacier Périto Moréno, on y accède par une très belle route ou une piste.
Nous nous engageons sur la piste et, butés............ nous ne ferons pas demi- tour!
Cette piste traverse une étendue de steppe, un vrai lieu de prédilection pour les lièvres, il y en a partout partout, ponpon ralentit pour ne pas les écraser.
Au bout d'un moment, Eliane commence à les compter et s'arrête à 100.....

Le Parc national des Glaciers a été crée en 1937, il est inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1981.
Avec ses 350 Km de longueur et ses 50 Km de largeur, il s'étend sur 600.000 hectares. 
On y trouve 2 grands lacs:  les lacs Argentino et Viedma.
Il y a plusieurs glaciers: Spegazzini, Onelli, Bolado, Agazzi .....et Périto Moréno.
Tous ces glaciers ne sont que des terminaisons du gigantessime Hiélos Continentales, un glacier de 500 Km de long situé entre l'Argentine et le Chili.


A l'arrivée au parking.

Le glacier Périto Moréno est le plus spectaculaire et celui qui est le plus accessible.
Périto signifie expert et  Moréno fût un géologue et diplomate venu en 1876.
Le Périto Moréno mesure 15 Km de long et 5 Km de large.
Il a une hauteur de 60 mètres au dessus du niveau du lac.


Il est vivant, il bouge, il se déplace grâce à l'eau qui coule sous le glacier;
Il peut avancer de 2 mètres par jour dans son centre et 70 centimètres sur les côtés.


Il gronde  et craque, des pans de glace s'effondrent dans le lac et forment des icebergs.



Il claque comme un coup de fusil.


Il a des pics acérés.
On guette le morceau qui va s'écrouler dans l'eau en résonnant dans la montagne.



Un système de passerelles permet de l'admirer de dessus, de côtés, de face de très prés. 


Le glacier Périto Moréno vu de dessus


Une vue de la passerelle.

 
Les décors faces au glacier.


Ponpon passera la nuit sur le site nous offrant par la fenêtre de la couchette une vue royale sur le glacier! C'est le must !!

(Encore des photos dans la rubrique Photos.....Argentine)

La neige puis la pluie finissent par nous chasser du Périto Moréno.
Nous disons adieu à la balade en bateau que nous nous réjouissions de faire autour des glaciers.
Nous disons adieu à Marie, Xavier, Mathilde et Mael, avec qui nous voyageons depuis un mois maintenant.
Nos routes se séparent, ils vont parcourir plus de 700 Km de piste.
Ponpon préfère la route asphaltée et nous ferons un détour de plus de 400 Km afin de le ménager.
Pour le moment, direction El Chalten, au pied de la Cordillère des Andes. 

Ponpon affronte une pluie froide puis un vent de face d'une puissance à décorner un bœuf!
Le moral est en berne...
Le magnifique paysage traversé va vite chasser ces nuages passagers.......

La route du Périto Moréno à  El Chalten est très belle, elle traverse un paysage de steppe semi-aride.
De nombreux condors nous font le plaisir de faire des arabesques au -dessus de nos têtes.


Un condor en vol                                                                                            et à l'arrêt.


Nous contournons le Lago Argentino d'une couleur verte laiteuse ou flottent des icebergs.


C'est un festival de couleurs avec en toile de fond le bleu des montagnes, le blanc de leur cime enneigée.


Le Lago Argentino et la chaine des Andes enneigées.


Toujours le Lago Argentino.

Nous traversons un paysage vallonné, entouré de montagnes aplaties et la route serpente autour des valons.

Les montagnes sont zébrées d'une couleur blanche et marron.

Après avoir contourné le Lago Argentino, nous longeons les rives du Lago Viedma.

Il est d'une couleur bleue, un bleu éclatant.

El Chalten (du 21 au 23 Novembre 2009)
Un village de 600 habitants fondé en 1985.
El Chalten est un village conçu pour devenir une ville et c'est ce qui surprend dès l'entrée.
Une "avenue" de 25 mètres de large, bordée de magasins de souvenirs, de locutorio( internet, téléphone), hôtels, restaurants et une grande école.


El Chalten est lové dans une cuvette, il est entouré de montagnes.
A notre arrivée, les montagnes sont dans les nuages.
Ponpon se range devant le syndicat d'initiative et nous partons à la découverte du village.
Comme une grande ville, ses rues sont en cuadras perpendiculaires.
Des maisons de toutes sortes, en bois, en tôles, en béton, en briques sont construites le long des avenues sans respecter une quelconque logique.
L'ambiance est décontractée, beaucoup de randonneurs sac à dos.
Il faut dire que El Chalten est la capitale de la randonnée.


Le lendemain matin, au réveil, Jacques croit distinguer des formes à travers les nuages.
C'est l'excitation dans ponpon, les sandwichs dans le sac à dos, nous partons vers le Lago Torrés pour voir si on distingue mieux
de plus prés à travers les nuages.
Tels des spectateurs, nous attendons la levée du rideau.
Mais la star "El Fitz Roy" se fait attendre!
Excitant notre curiosité au plus haut point, le rideau s'entrouvre pour laisser apparaître 2 pics acérés enveloppés d'un  voile blanc.
C'est le Fitz Roy!
C'est pour lui que nous sommes là.


La star est accueillie avec de grands "Oh"...
Le Fitz Roy élève ses parois de granit à 3441 mètres d'altitude.
Son ascension a longtemps était un défit qui fût relevé par un Français Lionnel Terray en 1952.
Souvent enveloppé de nuages le Fitz Roy ressemble à un volcan en éruption d'ou le nom de Fitz Roy Chalten donné par les Indiens.
En 1931, le jeune Darwin était à bord du Beagle, ce navire était commandé par le capitaine Fitz Roy.

Aux alentours, les décors gardent leur mystère.
A notre grande surprise, une pointe perce les nuages, laissant entrevoir un pic en forme d'aiguille, puis 3 autres pics sont alignés derrière le premier.

Ces aiguilles portent respectivement les noms de Saint Exupéry, Mermoz, Guillonnet, les pionniers de l'aérospaciale
et Poincenot, un alpiniste français.










C'est d'un pas allègre que nous effectuons le chemin de retour qui nous ramène vers ponpon.
Une fois installés à l'intérieur, la grande fenêtre de la "dinette " orientée vers le Fitz Roy, nous ne perdons pas une miette du spectacle.
l
Soleil couchant sur le Fitz Roy.

Le lendemain matin, c'est l'explosion, le Fitz Roy se révèle à nos yeux dans toute sa splendeur sous un ciel bleu immaculé.

Les décors sont plantés, ils dévoilent leur mystère.
Le spectacle est grandiose!!

La journée est si belle que nous partons sac à dos pour une randonnée de plus de 10 heures.

Dans le parc on rencontre aussi des oiseaux.

Madame et Monsieur Pivert

                                                                                                                     
 
Un drôle d'animal.                                                                                                                     et Jacques bien sûr!!

C'est fourbus mais heureux que nous rejoignons ponpon qui nous attend............toujours devant le point I.

Le lendemain, nous quittons ce lieu magique sous un soleil étincelant, mais il faut savoir partir....

Une dernière photo de El Chalten dans son décor époustoufflant.
Pour nous, c'est le lieu le plus grandiose que nous ayons pu voir en Patagonie.
Comme lors de la représentation d' une bonne pièce de théâtre, le Fitz Roy a su nous émouvoir, nous fasciner et nous procurer un immense plaisir.

Sur le chemin de retour, nous nous arrêtons maintes et maintes fois pour faire les photos que l'on avait pas pu prendre à l'aller.
Et surprise............... sur un arrêt "photo", nous retrouvons Marie, Xavier, Mathilde et Mael qui montent à El Chalten.
Moment de bonheur ou nous partageons ensemble un morceau de pizza avant de reprendre la route chacun de notre côté.

Ponpon s'arrête pour un dernier coup d'oeil.

Le Lago Argentino entouré de merveilleux décors.

le Lago Argentino, on ne s'en lasse pas.

Le paysage au retour avec en toile de fond : le Fitz Roy et les aiguilles.

La seule traversée d'un Rio est un spectacle.

Le programme des prochains jours est la route n°3 que nous allons retrouver à Rio Gallegos et remonter jusqu'a  Comodoro Rivadavia.
Ce sera pour  nous un petit intermède qui nous permettra de digérer toutes les beautés emmagasinées et vous en faire profiter.

Nous vous disons à bientôt..................il reste tant de belles choses à voir!!

La suite..........................de Sarmiento à Bariloche