La Nouvelle Zélande : région du Canterbury
ETAPE PRECEDENTE


ETAPE SUIVANTE

Nouvelle Zelande 2








Après 24 heures de vol pour parcourir les 19700 Km qui nous séparaient de la Nouvelle Zélande, nous voilà à Chirstchurch sur l'île du sud.
On craignait les 18 heures d'escale à Guangzhou ( Chine) mais les Chinois mettent un point d'honneur pour accueillir leurs touristes le mieux possible. Ils offrent à leurs clients en transit un visa d'un jour, l'hôtel 4 étoiles, le restaurant ainsi que la prise en charge en navette, tout cela  avec une organisation sans faille et le sourire .
A l'arrivée à Christchurch, la douane ne nous a pas fait de problème, insistant seulement sur la propreté des chaussures transportées dans les baguages.
Une voiture de location nous attend, le plus dur maintenant est de se familiariser avec le volant à droite et la conduite à gauche !
Nos deux conducteurs attitrés ( ces Messieurs) ont une approche un peu particulière, le premier se serre tellement à gauche qu'il tombe dans le caniveau, le second fait subitement une escapade à droite !!
Ces Dames comptent les points : Match nul .

Et maintenant, un peu de géographie !!
La Nouvelle Zélande est située à 2200 km de l'Australie et 19.000 Km de la France.


Elle est bordée par l'Océan Pacifique à l'Est  et la mer de Tasman côté Australie.
Elle est composée de plusieurs îles pour une superficie de : 267.710 Km2 soit la moitié de la France.
L'île du sud 150.437 Km2,
L'île du nord 113 730 Km2
Ce sont des îles "jeunes" traversées  du nord au sud par la ceinture de feu.
Au sud, la plaque pacifique plonge sous la plaque australe , elles coulissent l'une contre l'autre et sont à l'origine des Alpes que continuent à s'élever de 1 cm par an.

Elle compte 4,6 millions d'habitants dont 70 % vivent dans l'île du nord.
Sur ces 4,6 M. d'habitants, 15% seulement sont Maoris et 75% des Européens ( les Pakéhas) comme ils les appellent.
Lorsque les premiers Maoris arrivent de Polynésie sur leur pirogue vers 1200, peut-être avant.,  ils nomment cette terre Aotearoa, le pays du long nuage blanc à cause de la brume que coiffait la cime des volcans.

En 1642, le navigateur Hollandais Abel Tasman découvre la Nouvelle Zélande, mais il est mal accueilli par les Maoris et repart;
En 1769 c'est l'anglais James Cook qui débarque et là une longue histoire commence..

On ne peut pas parler de la Nouvelle Zélande sans citer les  All Blacks,
ni sans parler des cinéastes Perter Jackson à qui l'on doit le seigneur des anneaux, King Kong, Jane Campion avec la leçon de piano.

Mais que la visite commence ;
Christchurch est la ville la plus importante de l'île du sud , malheureusement aujourd'hui c'est une ville sinistrée. En effet, elle a subit plusieurs tremblements de terre. Le plus meurtrier a eu lieu en 2011, il a fait 185 victimes et de nombreux dégâts. Christchurch n'a pas eu le temps de se réparer qu'elle subit   fin 2015 , un nouveau tremblement de terre qui  a détruit tout le vieux quartier.

Beaucoup de bâtiments sont en reconstruction.

La pauvre cathédrale gothique construite en 1864 connaît un léger sursit, il est question de la démolir mais les habitants n'arrivent pas à s'y résoudre.

Il est bon de flâner dans Cathédral square , on peut faire une partie d'échecs ou jouer aux dames.
Christchuch ne se laisse pas abattre, elle se reconstruit, elle se réinvente, les idées fusent, la population est jeune , cosmopolite et dynamique.

Pour continuer notre visite nous empruntons le sympathique tramway que la ville a su conserver et mettre en valeur.
 
Il traverse la rivière Avon et nous amène  au musée qui jouxte le magnifique jardin botanique fondé en 1863.

Cette immense rose annonce  la roseraie , déjà le parfum délicat des variétés de roses anciennes nous titille les narines.

On apprécie la quiétude de ces lieux ou les bernaches se laissent approcher sans peur.

Les arbres sont centenaires.                                                                            Christchurch est une ville jeune, le prestigieux Christ's collège dispense une éducation Britannique. A la pause, les élèves en profitent pour déguster une glace.

Avec son style espagnol , c'est le quartier  le plus animé de la ville, il a heureusement résisté aux séismes.
La ville de Christchurch nous a inspiré du respect  pour ses habitants qui n'ont pas tombé les bras  et font face aux difficultés que les évènements leur imposent. Malgré une activité intense dûe aux travaux de reconstruction, cette ville respire la quiétude. Il faudrait revenir dans quelques années pour voir l'évolution. Quant au jardin botannique, on s'y sent tellement bien et heureux, il est reposant et vous ressource.

On ne peut pas passer à Christchurch sans aller faire un tour au port de Lyttelton qui se trouve à 12 Km .
Lyttelton a aussi souffert des séismes,  plusieurs maisons sont maintenues par des étais , en attente d'une démolition certaine.

Lors de notre passage, il régnait une grande activité dans le port. Le commerce du bois est à l'honneur, les billots de bois sont déposés sur les camions qui les acheminent sur le bateau. Une quantité impressionnante de billots est ainsi stockée dans la soute.

Nous passons 2 nuits dans un camping équipé de bungalows avant de prendre la route pour la péninsule de Banks située à 80 Km de Christchurch.
Elle est curieuse cette péninsule , crantée comme une roue dentée. C'est un Français, Jean-François Langlois, commandant d'un baleinier qui fonda Akaora en 1838 en achetant 12.000 ha de terre aux Maoris pour 1000Francs.
 63 pionniers débarquent pour en faire une colonie, mais les Anglais, sentant le vent tourner à leur désavantage, se hâtent de signer le traité de Waitangi. C'est ainsi que les Français se sont fait coiffer sur le poteau par les Anglais ( toujours eux !!) . Ce traité, signé par de nombreuses tribus maori  et les Anglais
avait pout but de défendre les droits des Maoris mais la traduction du document écrit en anglais n'a pas tenue sa promesse et les Maoris se sont fait rouler dans la farine par les Anglais (encore eux !!).
Mais revenons à notre ville de Akaroa. Premièrement, elle n'est pas grande, juste un beau village.
Chaque nom de ville a une signification en Maori , aussi, Akaroa signifie "le long port"..Les Français ont laissé quelques empreintes , notamment le nom des rues ou des boutiques. on trouve une boucherie, on trouve des boulangeries dignes de ce nom avec  du pain comme en France et des viennoiseries.

Même le restaurant a un nom français mais on y parle Anglais sauf notre serveur , un français venu travailler en Nouvelle Zélande.

Il y a un petit port de plaisance, bien calme, juste le bruit du clapotis de l'eau. d'ailleurs tout est extraordinairement calme ici.

Même les oiseaux semblent ne pas vouloir troubler le silence.

                                                                                                                     Un petit lapin a élu domicile dans les lieux.

Tout près de Akaroa se trouve un tout petit village maori.

avec  sa charmante chapelle.


Notre route traverse des paysages aux formes douces et arrondies.

Les collines sont soit pelées ou boisées de pins.

Quelques champs de blé attendent d'être fauchés pourtant nous sommes au mois de Mars ce qui annonce la fin de l'été.
Nous traversons l'île dans le sens de la largeur.

Puis, au détour d'un virage le mont Cook vous explose à la vue en pointant vers le ciel ses pics enneigés.

Pour compléter le tableau, le lac Tékapo étale ses eaux glaciaires d'un bleu éclatant.

Une petite église reçoit aujourd'hui 2 jeunes couples de mariés.

Après une bonne nuit réparatrice, le soleil nous invite à la balade. un petit vent chasse les nuages et balai le ciel . La route qui mène au mont Cook longe le lac
Pukaki.

Après le lac Tékapo, c'est autour du lac Pukaki  de  parader avec un spectateur de taille qui l'oberve: le Mt Cook.

Le Mont Cook vous explose à la vue en pointant vers le ciel ses pics enneigés. Bien qu'il ait subitement perdu 10 mètres à la suite d'une avalanche dûe à l'érosion , son pic culmine encore à 3754 mètres de hauteur.

Au pied du mont Cook, les moutons paissent dans le bonheur l'herbe grasse et profitent des prés de luzerne.

Une vue du glacier qui a reculé de 100 m  en un siècle.

Nous ferons une petite randonnée pour nous rapprocher du glacier et son lac aux eaux d'une couleur blanchâtre.

Un dernier regard à ce magnifique paysage .




Notre route nous amènera à la découverte d'autres paysages , pour les  partager avec nous : région de   l'Otago










                                                           

la